L’Authenticité, curseur du prix des œuvres d’art

Par Mathilde Mercier, Fin’Art Consulting

A l’heure où refait surface l’affaire Beltracchi avec la sortie du livre du même nom[1], il est intéressant de se pencher sur cette notion d’authenticité et l’importance primordiale que lui accorde le marché de l’art. Si ce faussaire a su tromper les plus grands, si cette affaire au parfum de scandale a fait l’effet d’une bombe sur le marché, c’est que l’authenticité ne se résume pas qu’à une simple signature. Elle est la notion clé du marché car c’est en grande partie d’elle que dépend le prix des œuvres.

Si la notion de faux remonte à l’Antiquité, il est intéressant de voir que la notion d’authenticité ne commence à avoir son importance qu’à partir de la Renaissance. En effet, sous l’Antiquité, les romains avaient déjà compris qu’en faisant des copies de statues grecques ils pouvaient en tirer profit. Profit qui guide toujours aujourd’hui cette volonté de copier à l’identique, de créer des « faux » et donc de tromper l’acheteur. La différence est qu’à cette époque, il n’y avait aucun mal à cela, car on attachait alors plus d’importance à l’œuvre qu’à l’artiste.

Cette notion, bien qu’elle évoque immédiatement chez nous l’idée d’un certificat d’authenticité, ne connaît pas de définition générale sur le marché de l’art. Elle est en effet fondée sur la base de textes règlementaires très lapidaires et davantage sur la jurisprudence et les pratiques professionnelles. A ce titre, le décret Marcus du 3 mars 1981 nous donne quelques règles succinctes sur les mentions que l’on doit retrouver dans un certificat, ou du moins dans le document accompagnant la vente de l’œuvre : « la nature, la composition, l’origine et l’ancienneté de la chose vendue ».

En pratique, voici les principales notions que l’on doit retrouver dans un certificat d’authenticité :

–  Le nom de l’artiste

– Le titre de l’œuvre

– La date de création

– La technique employée

– Le support

– Les dimensions

– La présence d’une signature ou non

– Le nom de l’expert, ses coordonnées et sa signature

– La date et le lieu du certificat

Ce certificat n’est pas obligatoirement délivré avec l’œuvre achetée. Le décret Marcus énonce en effet que « les vendeurs habituels ou occasionnels d’œuvres d’art » doivent « délivrer une facture, une quittance, un bordereau de vente ou un extrait du procès-verbal de la vente publique » « si l’acquéreur le demande » . Pourtant aujourd’hui différents éléments peuvent venir altérer voire remettre en cause l’authenticité d’une œuvre. Il peut s’agir tout d’abord d’une pure et simple copie, mais on peut aussi avoir le cas de restaurations, l’existence de multiples notamment en matière de photographie, ou encore une œuvre faite à plusieurs mains comme c’était le cas dans les ateliers d’artistes.

L’authenticité a aujourd’hui acquis cette valeur primordiale qu’on lui connaît, faisant la part belle aux certificats et catalogues raisonnés qui ne cessent de se multiplier. Le marché de l’art a ainsi pris conscience qu’une œuvre, c’est aussi et surtout un nom, celui de l’artiste qui lui est apposé. L’œuvre n’existe plus aujourd’hui qu’à travers le prisme de son auteur, auteur qui selon sa renommée ou sa médiatisation détermine le prix de l’œuvre.

 

————

Fin’Art Consulting accompagne toujours la vente de ses œuvres d’art d’un certificat d’authenticité réalisé en bonne et due forme par l’expert spécialiste de l’artiste en question

————


[1] L’Affaire Beltracchi, par Stefan Koldehoff et Tobias Timm. Trad. de l’allemand par Stéphanie Lux. Ed. Jacqueline Chambon, 250 p.

Comments
One Response to “L’Authenticité, curseur du prix des œuvres d’art”
  1. Pierre dit :

    Excellent article. Aussi intéressant qu’utile. Merci.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :