Keith Haring, Icône Pop ou Artiste Politique ?

18._keith_haring

Par Sophie de Veyrac, Fin’Art Consulting

C’est aujourd’hui que la grande rétrospective sur l’artiste Keith Haring (1958 – 1990) ouvre ses portes au Musée d’art moderne de la Ville de Paris, concomitamment avec le CentQuatre.

L’exposition « The Political Line »[i] permet un retour aux sources et met en lumière l’importance du « message politique et humaniste »[ii] de l’artiste, bien souvent occulté par ses figures colorées ou la profusion de ses objets dérivés.

En effet, si le grand public connaît – et reconnaît – le style incomparable de cette icône du Pop Art, ses pictogrammes emblématiques et son sens de la couleur, plus rares sont ceux qui ont pu apprécier l’étendue des messages politico-sociaux inhérents à l’œuvre de ce dernier, tels que la lutte contre le racisme, l’homophobie, le capitalisme, l’extrémisme et toutes sortes d’injustices…

Paris présente donc, 23 ans après sa mort, «l’une des plus grandes rétrospectives dédiées à Keith Haring, à la fois par le nombre d’œuvres et par leur qualité»[iii]. C’est au total près de 250 œuvres (dessins, peintures et sculptures), réalisées sur divers matériaux, qui sont ici réunies, mettant en exergue les messages politiques et sociaux délivrés par l’artiste.

Keith Haring, virtuose du dessin très proche de la figuration libre, entre graffiti et bad painting, aura eu le temps de produire pendant sa très courte carrière, une œuvre colossale et abondante le classant parmi les artistes contemporains les plus populaires de sa génération.

Sa griffe ? La répétition infinie de formes aux couleurs vives soulignées de noir. L’artiste mélange ainsi des silhouettes androgynes à des mickeys, des bébés, des anges, des danseurs, des postes de télévision, des serpents, des soucoupes volantes… mais aussi à des symboles sexuels ou ayant trait à la mort.

Dans ce festival de signes et de couleurs, l’horreur se mélange à la gaieté, la violence à l’espoir et c’est peut-être ce qui fait le génie de cet artiste dont l’œuvre toute en oxymore présente une harmonie naturelle.

Ces deux expositions simultanées – à l’atmosphère très électrique – révèlent un artiste engagé contre toute forme d’oppression, qui aura su marquer de son empreinte l’art du XXème siècle et des générations à venir par des thèmes toujours d’actualité.

Découvrez l’exposition « Keith Haring, The Political Line » du 19 avril au 18 août 2013 au Musée d’art moderne de la Ville de Paris et au CentQuatre à Paris.


[i] La Ligne Politique

[ii] Selon le commissaire de l’exposition Dieter Buchhart

[iii]  Déclaration de Fabrice Hergott, directeur du MAM à l’AFP

Visuel couverture : The Tree of Monkeys, 1984, Courtesy Fondazione Orsi, © Keith Haring Foundation

Comments
One Response to “Keith Haring, Icône Pop ou Artiste Politique ?”
  1. Looking forward to reading even more. Great blog.Truly looking forward to read more.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :