Tour Paris 13 : Quand le Street Art s’invite à l’intérieur

Tour Paris 13

La Tour Paris 13, c’est un projet titanesque initié par Mehdi Ben Cheikh, galeriste passionné. A l’origine : une tour du 13e arrondissement destinée à être détruite fin 2013.

Pendant 7 mois, cette dernière a subi une métamorphose hors du commun : plus de 100 artistes venus du monde entier ont investi à coups de bombes, pinceau, craies, marteaux-piqueurs, les 4 500 m2 de surface, répartis sur les 9 étages de la tour. L’exposition propose ainsi un panel de ce qui se fait (de mieux) en matière de Street Art autour du monde. «L’art urbain représente toutes les dimensions de l’art contemporain, du figuratif au conceptuel, c’était une occasion de le montrer», explique Mehdi Ben Cheikh.

La tour sera ouverte au public du 1er au 31 octobre 2013. Passé cette date, l’immeuble sera détruit pour laisser la place à des logements sociaux. Mais l’expérience ne s’arrête pas là. Les internautes seront alors appelés à sauver virtuellement leurs œuvres préférées depuis le site internet de l’évènement. Alliance peu habituelle : le Numérique viendra au secours du Street Art.

Etat des lieux moins de deux semaines avant son ouverture au public, et visite (non exhaustive) en image…

De l’extérieur, rien ne transparaît réellement de cette ruche artistique, en dehors d’un immense graffiti orange et noir d’inspiration orientaliste, réalisé sur toute la hauteur de la façade, par le « calligraffeur » Franco-Tunisien, El Seed.

A l’heure où nous visitions la tour, quelques artistes apportaient encore les dernières touches à leur travail, tandis que certains appartements restaient encore occupés par leurs locataires…

 Pantonio Paris 13Au 2ème  étage, les lapins du portugais Pantonio prennent la fuite dans un tumultueux débris de parquet.

 Kruella & Corelone Paris 13Un plus haut dans les étages, plongée au cœur de l’univers psychédélique des deux artistes portugais Kruella et Corleone.

El Seed Paris 13

Au 7e étage, El Seed, connu notamment pour avoir peint le minaret de la mosquée de Gabès et pour ses collaborations avec la marque Vuitton, a entièrement gravé au burin le parquet d’une ancienne salle à manger, ses graffitis se reflétant sur le mur.

 Shoof Paris 13

Au même étage, l’artiste tunisien Shoof, lui répond tout en contraste, plongeant la salle de bain d’une des habitations dans un univers noir où se mêlent raffinement de la calligraphie arabe et violence de nombreuses allusions à la guerre.

 S. Preschoux Paris 13

Un peu plus haut, le français Sébastien Preschoux, virtuose de la ligne et du fil, nous invite dans une véritable installation arachnéenne, brouillant tout repère optique.

 Sambre Paris 13

Au dernier étage, le français Sambre, qui s’était déjà fait remarquer par sa sphère de parquet aux Bains Douches, crée la confusion et déjoue le réel en recréant des perspectives dans un enchevêtrement de portes déstructurées.

 Sean Hart Paris 13

Dans l’appartement d’à côté, son compatriote Sean Hart, a décidé de « tout casser » puis de reconstruire à partir de ce qu’il a enlevé, recréant un univers aseptisé et intriguant.

 Lek & Sowat Paris 13

La traversée s’achève dans les sous-sols de la tour, par une installation de Legz en collaboration avec Lek & Sowat, sur le thème du fil d’Ariane. Des objets abandonnés ont été prélevés sur place (vélo d’enfant, carcasse de poussette, buste de couture…) puis repeints à la peinture fluorescente. Un minotaure de plâtre, créé par l’artiste Rôti trône au milieu de cet angoissant labyrinthe psychique et symbolique.

————-

D’habitude, les murs en plein air sont le lieu de prédilection de ces artistes, qui, invités ici à s’exprimer du sol au plafond, retrouvent finalement les mêmes repère que dans la rue. Comme lors de chaque nouvelle exposition de Street Art, le débat est ravivé : est-il pertinent d’enfermer entre quatre murs un art supposé subversif et inopiné ? De la rue à l’intérieur, de l’illégal au légal, risque-t-on de perdre l’essentiel ?

Paris 13 reprend finalement les principaux éléments constitutifs du Street Art : on y retrouve bien la relation de l’artiste à un espace plus ou moins défini, la proximité de l’oeuvre avec son public, une aventure collective (comme bien souvent), et un art éphémère sans but commercial. Le mérite de cette initiative est donc peut-être de repenser totalement les modalités d’exposition de l’art urbain, sans le dénaturer.

La Tour Paris 13 s’inscrit ainsi dans l’essence même de l’art urbain. Rien ne sera payant, et rien ne sera vendu, même si fin 2013, tout doit disparaître…

Par Sophie de Veyrac, Fin’Art Consulting

Tour Paris 13

Infos pratiques :

5 rue Fulton,  Paris 13 / Ouverture au public du 1er au 30 octobre 2013. Tous les jours de 12h à 20h. Fermeture le lundi. *Accès limité à 49 personnes par visite pour des raisons de sécurité

Liste des artistes :

108 (Italie) – 2mil (Brésil) – Add Fuel (Portugal) – AGL/ Pantonio (France) – Agostino Lacurci (Italie) – Alëxone (France) – Alone (ou A1one) (Iran) – Amin (France) – Aous (Arabie Saoudite) – AweR (Italie) – Azooz (Arabie Saoudite) – Belem (Portugal) – Bom.K (France) – BToy (Espagne) – C215 (France) – Celeste Java (France) – Cope2 (USA) – Corleone (Portugal) – Dabro (Tunisie) – Dado (Italie) – Dan23 (France) – David Walker (UK) – Eime (Portugal) – eL Seed (Tunisie) – Ethos (Bresil) – Etnik (Italie) – Fenx (France) – Flip (Brésil) – Gael (France) – Gilbert (France)- Guy Denning (UK)- Herbert Baglione (Brésil) – Hogre (Italie) – Hopnn (Italie) – Indie 184 (USA) – Inti Ansa (France) – Inti Castro (Chili) – Jaz (Argentine) – JB Rock (Italie)- Jimmy C (Australie) – Joao Samina (Portugal) – Jonone (USA) – Joys (Italie) – Julien Colombier (France) – Kan (France) – Katre (France) – Kruella (Portugal) – Legz (France) – Lek (France) – Liliwenn (France) – Loiola (Brésil) – Ludo (France) – Madame Sanbor (France) – Mar (Portugal) – Marko93 (France) -Mario Belem (Portugal) – Maryam (Arabie Saoudite) – Matéo Garcia Leon (France) – Maz (Arabie Saoudite) – MoneyLess (Italie) – Mosko (France) – Mp5 (Italie) – Myre (France) – Nano (Chili) – Nebay (France) – Nemi Uhu (France) – Nilko (France) – Orticanoodles (Italie) – Pantonio (Portugal) – Paulo Arraiano (Portugal) – Peeta (Italie) – Philippe Baudelocque (France) – Rapto (Brésil) – Rea 1 (France) – Rodolphe Cintorino (France) – Roti (France) – Sambre (France) – Sean Hart (France) – Sebastien Preschoux (France) – Senso (Italie) – Seth (France) – Shaka (France) – Shoof (Tunisie) – Shuck2 (France) – Sowat (France) – Spazm (France) – Speto (Bresil) – STeW (France) – Stinkfish (Mexique) – Sumo (Luxembourg) – Tellas (Italie) – Tinho (Bresil) – Tore (France) -Uno (France) – Uriginal (Espagne) – Vexta (Australie) – Vhils (Portugal) – +- (ou Maismenos) (Portugal).

Crédits Photos : Fin’Art Consulting, Elena Brunet/Le Nouvel Observateur, CSLD/Metro News, Tour Paris 13, Galerie Itinerrance

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :