Vente Marcilhac : nouveau sacre pour l’Art déco

Après la mythique Vente Jacques Doucet à Drouot en 1972, qui provoqua l’impulsion décisive du marché de l’Art déco, après le record mondial en 2006, pour une vente d’Art déco avec la cession de la Collection Simone et Claude Dray chez Christie’s, qui totalisait un résultat de 59,7 millions d’euros, ou encore la vente de la Collection Steven A. Greenberg chez Christie’s New York en 2012…

La dispersion chez Sotheby’s de la collection du marchand et historien de l’art parisien, Félix Marcilhac, créait l’événement et faisait salle comble en ce début de semaine à Paris. S’inscrivant dans la même lignée que les précédentes: une vente qui restera assurément dans les annales. 

Ecoulées sur deux jours, les pièces emblématiques du marchand n’ont eu aucun mal à trouver preneur et confirment bien la tendance Art déco qui s’impose chez certains collectionneurs.

Marcilhac0Cette dispersion offrait des objets jalousement conservés par le marchand depuis les années 1970-1980. «J’ai toujours considéré que j’étais dépositaire des objets, je souhaitais qu’ils retournent en vente publique, là où je les ai achetés, malgré le désappointement de mes enfants. Un objet se mérite, il ne s’hérite pas» (F. Marcilhac).

La vente Marcilhac en chiffres c’est : 3 sessions de ventes, plus de 300 lots dont 21 records3,7 millions d’euros pour le lot record (cabinet de gypse par Jean-Michel Frank), un résultat total de 24,7 millions d’euros

La stratégie des estimations non dissuasives (c’est à dire très basses) s’est ainsi révélée payante. Le total de 24,7 millions d’euros (avec les frais) a non seulement doublé les attentes (de 5 à 6,6 millions d’euros), mais également largement dépassé l’estimation basse de la vente (8 millions d’euros).

Une bonne partie de cette vacation fleuve était dominée par du mobilier et objets d’époque 1900 pour lesquels le marché est considéré comme relativement restreint. Le sculpteur Gustave Miklos était également mis à l’honneur par une quinzaine de lots (sculptures et tableaux) mis en vente. 

La vente a attiré de nombreux acheteurs internationaux (plus particulièrement américains et chinois) mais aussi des musées comme le Musée d’Orsay qui a préempté un tableau de Carlos SchwabeLa Méduse ou Le Tombeau de la haine (1896-1900) pour 49 500 euros.

Marcilhac 5

«Toute la profession est ravie de ces résultats qui montrent qu’il y a des acheteurs qui ne sont pas que des investisseurs car à ces sommets de prix, il sera impossible de revendre au double rapidement. Il y a donc une vague d’amateurs pour l’Art déco», jugeait un marchand parisien (Source : QDA).

Pour Cécile Verdier, directrice Europe en Arts Décoratifs du XXe siècle chez Sotheby’s : « Cette vente restera dans les annales de l’Art Déco. Elle a montré de façon éclatante que les créations des artistes décorateurs d’avant-guerre sont toujours considérées comme des icônes de la modernité ».

Retour sur quelques « it » de la vente…

2426127-gypse-796x1024-jpg_2084608

Jean-Michel FrankCabinet de gypse, vers 1935. Estimation : 400 000 / 600 000 €. VENDU 3 681 500 €

Marcilhac1

Gustave Miklos, Tête, bronze à patine brun-noir, 1928. Estimation : 200 000 / 250 000 €. VENDU 811 500 €

Paul Iribe, Fauteuil Nautile, noyer sculpté & velours,1913. Estimation : 150 000 / 200 000 €. VENDU 781 500 €

Marcilhac2

J. Dunand & J. Goulden, Commode à l’anglaise, bois, 1921. Estimation : 300 000 / 400 000 €. VENDU 337 500 €

Albert Cheuret, Lampe aloès, bronze et albâtre, vers 1925-1930. Estimation 60 000 / 80 000 €. VENDU 289 500 €

Marcilhac3

Ossip Zadkine, Jeune fille à la colombe, plâtre doré, vers 1928. Estimation : 150 000 / 200 000 €. VENDU 217 500 €

Jacques Majorelle, Les deux amies, détrempe/or, 1941. Estimation : 250 000 / 300 000 €. VENDU 481 500 €

marcilhac4

Léopold Survage, Les Mouettes, huile sur toile, 1929. Estimation : 30 000 / 40 000 €. VENDU 85 500 €

J.-L. Lambert-Rucki & J. Dunand, Prière, bois laqué, 1927. Estimation : 200 000 / 250 000 €. VENDU 241 500 €

———-

Visuel couverture : © Photographie Gilles Kraemery’s Paris

Visuels : © Photographie Gilles Kraemery’s Paris © Sotheby’s Art Digital Studio ©Sotheby’s/Artcurial

Sources : Pauline Simons, Attention, Chefs-d’oeuvre Art déco!, Le Point, 13/02/14

Gilles Kraemer, La collection privée de Félix Marcilhac vendue chez Sotheby’s à Paris, Le Curieux des Arts, 05/03/14

Valérie Sasportas, Vente Marcilhac : sa collection vendue 24,7 millions d’euros, Le Figaro, 13/03/14

QDA n°563 – 14/03/2014

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :