L’ouverture des ventes de printemps à New York : la fièvre va monter !

Ce soir et demain auront lieu à New York les « Evening sales » de Christie’s et Sotheby’s, qui entament la saison new-yorkaise avec chacune une vente consacrée à l’art impressionniste et moderne. Comme à l’accoutumée, les deux leaders mondiaux du marché s’affronteront autour de grands noms du XXème siècle avec pas moins de vingt-six Picasso, huit Renoir, six Chagall, cinq Matisse, huit Miró ou encore six Monet répartis entre les deux maisons.

Les cinquante-quatre lots de Christie’s en vente ce 6 mai sont estimés à 245 millions de dollars au total (plus de 176 millions d’euros). Quant à Sotheby’s, la vacation de demain dispersera soixante-douze lots estimés à 220 millions de dollars (plus de 158 millions d’euros). Les petites bourses s’abstiendront puisque les premières estimations sont à 350 000 dollars chez Sotheby’s et 600 000 dollars chez Christie’s.

Outre les noms d’artistes prestigieux, c’est également leur provenance qui justifie le prix de ces pièces. Christie’s proposera des œuvres issues, entre autres, de trois grandes collections. Celle d’Huguette Clark d’abord, fille du richissime W.A Clark, décédée en 2011 à la tête d’une fortune de centaines de millions de dollars et sans descendance directe. Trois Renoir de sa collection seront présents ce soir, ainsi qu’une Nymphéas de Monet, peinte en 1907 et estimée entre 25 et 35 millions de dollars à elle seule. Cette toile fut achetée par la famille en 1930 chez Durand-Ruel, qui l’avait lui même acquise directement auprès de l’artiste. Une autre collection prestigieuse sera dispersée chez Christie’s, celle d’Edgar Bronfman, homme politique, homme d’affaires et philanthrope. Elle comprend notamment Mangeuse de pastèque et homme écrivant, peinte en 1965 par Picasso et estimée de 7 à 10 millions de dollars. Elle évoque Picasso, reconnaissable à sa célèbre marinière et sa femme Jacqueline Roque. Dix peintures enfin, de KandinskyBraque ou encore Dali, proviennent de la collection Viktor et Marianne Langen et passeront pour la première fois en vente. 

Brooke Lampley, à la tête du département Impressionnisme et Art Moderne de Christie’s New Yorksouligne qu’il s’agit de la plus importante Evening sale d’Impressionnisme et d’Art moderne depuis 2010 et la vente de la collection Brody, qui avait totalisé plus de 224 millions de dollars.

Image 1

 Claude Monet, Les Nymphéas, 1907, huile sur toile, 101 x 82 cm

Pablo Picasso, Mangeuse de pastèque et homme écrivant, 1965huile sur toile, 130 x 162 cm 

Sotheby’s tentera demain de faire mieux que son concurrent direct, s’appuyant notamment sur un Matisse intitulé La séance du matin, évalué entre 20 et 30 millions de dollars et dont un pendant se trouve au Metropolitan Museum. Le Pont japonais de Monet, estimé entre 12 et 18 millions de dollars, essaiera de rivaliser avec les Nymphéas vendues chez Christie’s. Du côté de Picasso, la compagne Marie-Thérèse Walter s’efforcera avec sa Tête de Marie-Thérèse évaluée entre 15 et 20 millions de dollars, de détrôner la maîtresse Dora Maar dont le Portrait de femme (Dora Maar) devrait partir la veille chez Christie’s pour au moins 25 millions de dollars. Parmi les soixante-douze lots de Sotheby’s, douze proviennent de la collection privée du marchand genevois d’origine polonaise Jan Krugier, grand spécialiste de l’art moderne. 

Si Sotheby’s cherchera tant à se démarquer dans cette lutte d’influence c’est que la pression est d’autant plus grande pour la firme car son principal actionnaire depuis 2013 est un fonds d’investissement dont Dan Loeb, le directeur, a plusieurs fois critiqué ouvertement le management de Sotheby’s. La maison de vente a en effet enregistré en 2013 un montant total des ventes aux enchères publiques de plus de 260 millions de dollars (contre 253 millions l’année précédente) mais elle n’a toujours pas retrouvé son niveau de profit d’avant crise.

Image 2

Henri Matisse, La Séance du matin, 1924, huile sur toile, 74 x 61 cm

Claude Monet, Le Pont japonais, 1918-24, huile sur toile, 90 x 116 cm

Les 13 et 14 mai prochain, les deux géants s’opposeront à nouveau en Evening Sale, cette fois-ci autour de l’art d’après-guerre et contemporain. Pour départager les deux firmes, des valeurs sûres sont au programme comme Koons, Warhol, Bacon, Basquiat, Klein, Pollock ou Rothko. Christie’s proposera notamment à la vente un triptyque de Bacon de 1984, Three Studies for a Portrait of John Edwards, estimé 75 millions de dollars. Un autre triptyque de l’artiste a été adjugé 142,4 millions de dollars par la même maison à l’automne dernier, pulvérisant tous les records et devenant ainsi l’œuvre d’art la plus chère au monde vendue aux enchères. Christie’s renouvellera-t-elle l’exploit cette année ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :